vie et oeuvre de Husserl

Husserl

Philosophie contemporaine

Husserl est un philosophe allemand du 20ème siècle (1859-1938). Après des études de mathématiques, il se consacre à la philosophie, en réfléchissant sur les fondements et le sens de cette discipline. Il devient professeur à l’université de Halle, et publie son premier grand ouvrage, les Recherches logiques. Il enseigne à l’université de Göttingen, puis de Fribourg-en-Brisgau, jusqu’à ce qu’il soit radié par la législation antisémite promulguée par les nazis. Il est l’inventeur de la phénoménologie, qui s’oppose à la fois au psychologisme et au logicisme.

Les oeuvres de Husserl résumées sur ce site


Idées directrices pour une phénoménologie

Idées Directrices pour une phénoménologie

Husserl montre dans cet ouvrage comment l'on passe de l'attitude naturelle à l'attitude du phénoménologue, basée sur l'épochè transcendantale

voir le résumé


la Crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale

la Crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale

Husserl cherche une explication à la crise que traversent les sciences au début du XXème siècle, et par delà, la culture européenne

voir le résumé



Actualités concernant cet auteur


25/11/16 :    PARIS - Conférence de Carlos Lobo, dans le cadre de l'Atelier de traduction « Husserl - Les Manuscrits du groupe C », à l'ENS. En savoir +



Bibliographie


Voici les livres incontournables si vous souhaitez mieux comprendre la pensée de cet auteur :



Renaudie P.J., Husserl et les catégories langage, pensée et perception, Vrin, Paris, 2015
Barbaras R., Introduction à la philosophie de Husserl, Vrin, Paris, 2015
Collectif, Husserl : la science des phénomènes, CNRS éditions, Paris, 2012
Courtine J.F, Archéo-logique, PUF, Paris, 2013
Bustan S., De l'intellectualisme à l'éthique, Ousia, Bruxelles, 2014
Marion J.L., Réduction et donation, PUF, Paris, 2015
... + d'auteurs



Biographie détaillée : vie de Husserl


Jeunesse


Edmund Husserl naît en 1859 à Proβnitz, dans l’Empire Austro-Hongrois (devenue Prostejov, dans l’actuelle République Tchèque).

Après avoir étudié au lycée d’Olmütz, il s’inscrit en 1876 à l’université de Leipzig pour prendre des cours d’astronomie. Il se tourne ensuite vers les mathématiques à l’Université de Berlin, de 1878 à 1881.

Après avoir obtenu sa thèse, le jeune docteur en mathématique réfléchit au sens et au fondement de cette discipline.

Cela l’amène à s’inscrire à l’Université de Berlin pour y suivre des cours de philosophie.


A Berlin et Halle


Une rencontre se révèle déterminante : celle de Franz Brentano. Les cours de ce professeur (Freud sera également son élève) exerceront une influence déterminante sur lui, au point de le convaincre de se consacrer définitivement à la philosophie.


Photo d'Edmund Husserl
Photo d'E. Husserl jeune

En 1886, il se convertit au protestantisme, à l’âge de 27 ans (il est d’origine juive).

La même année, il est chargé de donner des cours à l’université de Halle en tant que Privatdozent (professeur particulier rémunéré par ses élèves, et non par l’Etat), une charge qu’il occupera pendant quatorze ans.

En 1887 il soutient une nouvelle thèse, en philosophie cette fois, « sur le concept de nombre ».

Il fait paraître son premier ouvrage : Philosophie de l’arithmétique, en 1891.


On peut résumer le parcours intellectuel de Husserl en trois phases :

  • une approche psychologisante des mathématiques, affichée dans Philosophie de l’arithmétique.
  • une approche purement logiciste, défendue dans le tome 1 de son ouvrage suivant, les Recherches logiques.
  • la phénoménologie, qui constitue la phase dans laquelle la pensée de Husserl trouve sa consistance propre, et qui repose sur une critique du logicisme et du psychologisme.

C’est dans le tome 2 des Recherches logiques, paru quelques années plus tard, qu’Husserl défend pour la première fois cette nouvelle approche.


A Göttingen


Il est titularisé professeur à l’université de Göttingen en 1906, où il enseigne pendant dix ans.

A cette période, Husserl est encore méconnu ; néanmoins, un article dans la revue Logos, parue en 1911, « la philosophie comme science rigoureuse », le pose en fondateur d’un nouveau courant de pensée : la phénoménologie. Les élèves affluent, et il fonde un journal, la Revue annuelle de recherche phénoménologique.


C’est d’ailleurs dans cette revue qu’Husserl fait paraître en 1913 le livre I de son ouvrage fondamental, les Idées directrices pour une phénoménologie.


A Fribourg


En 1916, il est nommé professeur à l’université de Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne, une fonction qu’il exerce pendant douze ans.

L’un de ses élèves, Heidegger, devient son assistant de 1916 à 1922, puis lui succède à l’université de Fribourg. Celui-ci finira par donner à la phénoménologie une toute autre orientation que celle qu’Husserl imagine.


En 1929, il publie Logique formelle et logique transcendantale.

A l’invitation de la Société française de philosophie, il donne deux conférences à la Sorbonne, qui constitueront le contenu des Méditations cartésiennes.


Devant les nombreux champs de recherche qui s’ouvrent à lui, il décide, pour que rien ne vienne ralentir sa pensée, de dicter ses textes en sténographie. Cela lui permet de produire de très nombreux textes encore inédits (plus de 300 000 pages), qui dépassent largement les quelques ouvrages parus de son vivant.


Fin de vie


A partir de 1933, Husserl est frappé par les mesures antisémites promulguées par les nazis : il n’a plus accès à la bibliothèque de l’université et est radié en 1936. Il refuse néanmoins de s’exiler aux Etats-Unis.

Il donne des conférences à Vienne et à Prague, et fait paraître la première partie de la Crise des sciences européennes et la Phénoménologie transcendantale.


Il meurt en 1938 à Fribourg. Ses nombreux manuscrits inédits sont transférés à Louvain, pour les préserver de la menace nazie. Ils sont toujours conservés là-bas, au siège des Archives Husserl.



Principaux ouvrages


Philosophie de l'Arithmétique, PUF, Paris, 1992
Recherches logiques, PUF, Paris, 2003
La philosophie comme science rigoureuse, PUF, Paris, 1998
Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps, Paris, PUF, 1996
Idées directrices pour une phénoménologie, Gallimard, Paris, 1985
Méditations cartésiennes, PUF, Paris, 1994
... + d'ouvrages