vie et oeuvre de Locke

Locke

Philosophie moderne

Locke est un philosophe anglais du 17ème siècle (1632-1704) considéré comme l’un des fondateurs de l’empirisme, et sur le plan politique, du libéralisme. Lors de ses études à Oxford, il s’intéresse à la pensée de Descartes. Il voyage d’ailleurs en France et rencontre les esprits les plus brillants de l’époque. Lors de la réaction tory, il est exilé d’Angleterre et se réfugie en Hollande. Il est l’auteur de l’Essai sur l’Entendement humain, mais aussi du Second Traité du gouvernement civil ou de l’Essai sur la Tolérance.

Les oeuvres de Locke résumées sur ce site


Essai sur l'entendement humain

Essai sur l'entendement humain

Locke développe ici une théorie de la connaissance résolument empiriste. Comment se forment nos idées ? Notre connaissance est-elle limitée ?

voir le résumé



Bibliographie


Voici les livres incontournables si vous souhaitez mieux comprendre la pensée de cet auteur :



Balibar E., Identité et Différence : L'Invention de la conscience, Seuil, Paris, 1998
Macpherson C.B., La Théorie politique de l'individualisme possessif: De Hobbes à Locke, Folio, Paris, 2004
Fonbaustier L., John Locke : Le Droit avant l'État, éditions Michalon, Paris, 2004
Spitz J.F., John Locke et les fondements de la liberté moderne, PUF, Paris, 2001
Vienne J.M., Expérience et raison, Vrin, Paris, 2002
Parmentier M., Introduction à l'essai sur l'entendement humain, PUF, Paris, 1999
... + d'auteurs



Biographie détaillée : vie de Locke


Jeunesse


Locke naît en 1632, à Wrington, une petite ville près de Bristol, dans le sud-ouest de l’Angleterre.

A cette époque, le pays est déchiré par la guerre civile ; celle-ci marquera durablement l’enfance de Locke. Elle provoque la ruine de son père, capitaine au Parlement après avoir travaillé dans le secteur juridique en tant qu’avoué. Cette guerre ne s’achèvera qu’à la fin de son adolescence, par l’exécution de Charles 1er, en 1649.


A 15 ans, il se rend à Londres pour faire ses études. Inscrit à l’école de Westminster, il lit les œuvres d’Aristote, après avoir appris le latin et le grec. Elève zélé, il obtient une bourse pour continuer ses études à Oxford, où il rentre à l’âge de vingt ans.

Intéressé par la médecine et les sciences naturelles, il ne trouve guère d’utilité à la rhétorique et à la scolastique. En 1663, il est élu censeur de philosophie morale à Oxford. Tuteur, il supervise les études des élèves plus jeunes.

Il s’investit d’autant plus dans sa mission qu’il est solitaire : ses deux parents et ses deux frères sont morts. Il resta d’ailleurs célibataire jusqu’à la fin de ses jours.

Politiquement, il fait partie des opposants à l’absolutisme des Stuarts.


Les voyages et la philosophie


A trente-cinq ans, il quitte Oxford pour devenir secrétaire de Lord Ashley, comte de Shaftesbury, ministre de Charles II, et se lie d’amitié avec lui. Il est médecin de la famille, et précepteur du fils du Comte.

Jusqu’à présent il s’intéresse surtout à la médecine et aux sciences naturelles. Ce n’est qu’en 1671 qu’il se tourne réellement vers la philosophie, suite à sa lecture des œuvres de Descartes, mort une vingtaine d’années auparavant.

Dès ce moment, il commence à rédiger l’Essai sur l’Entendement Humain, son ouvrage majeur. Sa rédaction va s’étaler sur de nombreuses années.


peinture représentant John Locke
Tableau représentant J. Locke


De 1672 à 1675, il part en voyage. Il visite la France, non seulement Paris, mais aussi Montpellier, pour se soigner : il s’y rend pour jouir de l’excellent climat du Sud de la France. C’est l’occasion pour lui d’améliorer sa connaissance de Descartes, et de nouer des relations dans les cercles intellectuels.

En France, il est précepteur du fils de Sir John Banks, un ami des Shaftesbury. Au fil de toutes ces années, il a développé un vrai savoir-faire en termes d’éducation et de pédagogie, ce qui ne sera pas sans jouer un rôle important dans la rédaction de son dernier ouvrage Quelques pensées sur l’éducation, bien des années plus tard.


En 1682, il est obligé de s’exiler d’Angleterre, suite à la guerre civile. Pendant sept ans, il se réfugie en Hollande, avant de pouvoir revenir dans son pays natal, le camp qu’il soutenait ayant triomphé. Il est nommé commissaire d’appel et travaille au Conseil du Commerce.


La célébrité à Oates


Pour Locke, 1689 est une année faste : il publie coup sur coup les Deux traités sur le gouvernement, et la Lettre sur la tolérance. Pour contourner la censure, le premier ouvrage paraît anonymement, tandis que le second est d’abord publié en latin aux Pays-Bas.

L’année suivante, c’est l’Essai sur l’Entendement humain, qui est publié. Celui-ci fournit bientôt la base de l’enseignement philosophique au Trinity College de Dublin, et exercera une profonde influence, quelques décennies plus tard, sur les philosophes français des Lumières.


A partir de 1691, il s’installe chez son amie Lady Masham, dans son manoir de Oates, dans l’Essex, à quelques dizaines de kilomètres de Londres. Devenu célèbre, il reçoit des amis, répond aux critiques de ses ouvrages, entretient une correspondance avec de nombreuses personnalités, y compris des ministres du Roi.

Deux ans plus tard, en 1693, il fait paraître son ouvrage Quelques pensées sur l’Education qui eut, selon certains, une influence encore plus importante sur son époque que l’Essai sur l’entendement humain.


Atteint d’un œdème à la jambe, sourd, Locke meurt en 1704, à High Laver.



Ouvrages principaux


Essai sur la tolérance, GF Flammarion, Paris, 2007
Lettre sur la tolérance, GF Flammarion, Paris, 2007
Essai sur l’entendement humain, le Livre de poche, Paris, 2009
Les deux Traités du gouvernement civil, GF Flammarion, Paris, 1999
... + d'ouvrages