couverture du livre

Idées reçues sur Nietzsche



Nietzsche confus, fou, nationaliste, militariste, apologiste de la violence…
Est-il même un philosophe ?

Dans cet ouvrage, Patrick Wotling s’attache à dissiper ces idées reçues qui obscurcissent la lecture de cette œuvre si singulière, et peuvent décourager les plus enthousiastes.


Auteur : Nietzsche


Par-delà les idées reçues


Nietzsche, plus que tout autre philosophe, a suscité les déchaînements d’opinions les plus passionnées 1.

En effet, l’originalité de sa pratique de la philosophie, le caractère profondément novateur et parfois énigmatique de ses analyses, la virtuosité souvent fascinante de son style […] ont abondamment alimenté les théories les plus débridées à son sujet 2.

Et par suite, de nombreuses idées reçues : on dit de lui que c’est un penseur fou, qui porte une responsabilité dans les tragédies du XXème siècle, qu’il voulait détruire le christianisme, dépasser la métaphysique, mais que ce fut un échec…

Finalement, dans l’appréhension de cette pensée multiforme, tout dépend du commentateur : A chacun son Nietzsche, en quelque sorte 3.

Face à cela, il convient de revenir, hors de toute idée préconçue, à la question essentielle : Qui était donc Nietzsche […], et que cherchait-il à réaliser ? 4. Et voici le pari de l’auteur : c’est en s’attaquant, une par une, à la liste de ces idées reçues, que l’on parviendra à répondre à cette question.


Nietzsche, un philosophe ?


Certains situent Nietzsche en dehors du champ de la philosophie, lui refusant un tel titre.

C’est le cas par exemple de Paul Valéry, qui assène à son sujet ce jugement définitif : Quant à Nietzsche, diable ! […] Pour moi, il est avant tout contradictoire 5.

Dans cette optique, une philosophie est avant tout l’expression d’une pensée claire, rationnelle. La contradiction est la mort de toute pensée, son auto-dissolution.

Or que voit-on ici au contraire ?

Selon les textes […], Nietzsche peut paraître défendre tantôt une position biologiste radicale, tantôt une position ultra-psychologiste, tantôt une position matérialiste, tantôt une position curieusement spiritualiste […] tantôt une hostilité implacable envers le christianisme, tantôt une compréhension inattendue à son égard, tantôt une ambition destructrice, tantôt un objectif de construction positive et ainsi de suite 6.


L’auteur illustre cela par cet exemple :

Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche affirme : Je suis corps de part en part, et rien hors cela ; et l’âme ce n’est qu’un mot pour quelque chose qui appartient au corps 7

Mais dans Par-delà le bien et le mal, un ouvrage presque contemporain : Notre corps n’est en effet qu’une structure sociale composée de nombreuses âmes 8


En fait, pour comprendre la présence dans l’œuvre de Nietzsche de ces contradictions apparentes, il nous faut ouvrir avec lui une réflexion sur le langage.

Celui-ci, loin d’être traduction neutre de la pensée, impose une certaine compréhension de la réalité. Des structures grammaticales telles que la partition sujet/verbe renforcent en permanence la conviction que la réalité est faite de choses stables, autonomes, séparées 9. Ainsi le langage s’avère ainsi inapte à exprimer […] l’idée que les choses n’existent pas à proprement parler […] et que la réalité est uniquement devenir. […] Une réalité mouvante, sans substrat que les mots et les concepts sont impuissants à désigner 10.


Pour saisir celle-ci, il faut rien moins que créer un nouveau langage, inévitablement imagé, qui fonctionne à la manière d’un réseau de métaphores, lesquelles s’enchaînent et se complètent sans s’opposer 11.

Projet que l’on trouve formulé explicitement dans Ainsi parlait Zarathoustra : II me vient un art nouveau du discours ; je me suis fatigué, comme tous les créateurs, des langues anciennes 12.

Le langage classique incite à l’atomisme, mais aussi au dualisme, à l’idée que les valeurs sont opposées, et nettement délimitées : bien et mal, vrai et faux…

Nietzsche, en instaurant un nouveau mode de pensée qu’il qualifie de dionysiaque, va s’attacher au contraire à démontrer en quoi il y a solidarité profonde de ces apparents opposés [naissant] de leur contraire : la vérité de l’erreur, la logique de l’illogisme, le bien [du mal]… 13

Ainsi le voilà à même de retourner l’objection : les philosophies qu’on a vues jusqu’ici ont le plus souvent pour principal problème une contradictio in adjecto 14.


On le voit, une première idée reçue est ici battue en brèche. Ce n’est là qu’un premier exemple : la liste est longue.


Un patient travail


Nietzsche est un penseur raciste, nationaliste, qui haïssait la démocratie et les juifs.

Misogyne, il méprisait les faibles et exaltait le droit du plus fort et la guerre.

Rien n’a résisté à son esprit critique, et il n’a donc pu proposer quoi que ce soit de positif.

Autant d’idées reçues qu’il s’agit patiemment de déconstruire. Et ce toujours en se replongeant à la source même : dans les textes que celui-ci nous a laissé.


On apprend, au fil de notre lecture, une foule de choses.

Ainsi, lors de ce que l’on appelle la crise de Turin, Nietzsche aurait perdu conscience, et se serait effondré dans la rue : la fameuse scène où Nietzsche se jette au cou d’un cheval pour le protéger des coups d’un cocher, semble relever de la légende 15.

Ou encore le fait que dans les dernières semaines de sa vie consciente, ce penseur chez qui l’idée même d’une participation à la vie politique a toujours éveillé de la répugnance, ait éprouvé le besoin de travailler à rédiger, sous le titre de Promemoria, un projet de ligue anti-allemande 16. On jugera alors si l’on peut tenir Nietzsche pour un penseur du nationalisme allemand…

La notion de volonté de puissance, en particulier, fait l’objet d’un décryptage, car elle a donné lieu au contresens probablement le plus massif de tous 17.


Conclusion


Peu à peu au fil de notre lecture, on redécouvre Nietzsche, sous la gangue d’idées reçues simplificatrices qui avait, par couches successives, achevé de le dissimuler.

Le propos est clair et pédagogique : c’est un vrai plaisir de rentrer dans les complexités de la pensée nietzschéenne, et pourtant, de garder un fil conducteur dans un tel labyrinthe.

Un ouvrage essentiel !


1 Idées reçues sur Nietzsche, Le Cavalier Bleu Edition, Paris, 2014, Introduction
2 Ibid.
3 Ibid.
4 Ibid.
5 Lettre à Gide du 13 janvier 1899
6 Idées reçues sur Nietzsche, I, 3
7 Ainsi parlait Zarathoustra, Des contempteurs du corps
8 Par-delà le bien et le mal, §19
9 Idées reçues sur Nietzsche, I, 3
10 Ibid.
11 Ibid.
12 Ainsi parlait Zarathoustra, 2nde partie, « l’Enfant au miroir »
13 Idées reçues sur Nietzsche, I, 3
14 Fragments posthumes, X, 26
15 Idées reçues sur Nietzsche, I,1
16 II,3
17 III,4