vie et oeuvre de Montesquieu

Montesquieu

Philosophie moderne

Montesquieu est un philosophe français du 18ème siècle (1689-1755). Il est connu pour son ouvrage de l’Esprit des Lois, mais aussi les Lettres persanes. Né au château de la Brède, près de Bordeaux, il devient conseiller au parlement de Bordeaux. Un héritage lui permet de délaisser sa charge dès qu’il le peut et il se passionne pour les sciences, la politique et la philosophie. Ses ouvrages couverts d’éloges dans toute l’Europe sont cependant mis à l’Index. Il commence à participer à l’Encyclopédie un peu avant son décès.

Les oeuvres de Montesquieu résumées sur ce site


l'Esprit des lois de Montesquieu

l'Esprit des Lois

Dans l'Esprit des Lois, Montesquieu identifie les différents types de gouvernement (monarchie, aristocratie, république...) et montre quel type de lois correspond à chacun d'eux

voir le résumé



Bibliographie


Voici les livres incontournables si vous souhaitez mieux comprendre la pensée de cet auteur :



Althusser L., Montesquieu, la politique et l'histoire, PUF, Paris, 2003
Barrera G., Les Lois du Monde. Enquête sur le dessein politique de Montesquieu, Gallimard, Paris, 2009
Binoche B., Introduction à De l’esprit des lois, Publications de la Sorbonne, Paris, 2015
Spector C., Montesquieu : liberté, droit et histoire, Paris, Éditions Michalon, 2010
Cambier A., Montesquieu et la liberté, Hermann, Paris, 2010
... + d'auteurs



Biographie détaillée : vie de Montesquieu


Jeunesse


Charles Louis de Montesquieu naît en 1689 au château de la Brède, en Gironde, près de Bordeaux, dans une famille appartenant à la noblesse de robe. Sa mère meurt lorsqu’il a sept ans.

Il fait ses études à Juilly, en Seine et Marne, puis au collège d’Harcourt de Paris.

En 1708, il s’inscrit à la faculté de droit de Bordeaux. Sa licence obtenue, il devient avocat. Il s’installe à Paris et fréquente les cercles intellectuels.


A la mort de son père, en 1713, il hérite du château de la Brède.

A vingt-cinq ans, il est nommé conseiller au parlement de Bordeaux. Un an plus tard, en 1715, il épouse Jeanne de Lartigue, un mariage qui lui permet de toucher une dot importante.

Il hérite à la mort de son oncle d’une vraie fortune, ainsi que du titre de baron de Montesquieu et de la charge de président à mortier du parlement de Bordeaux, qu'il finira par revendre, pour payer des dettes.

Il rédige un premier ouvrage de philosophie politique : Sur la politique des Romains dans la religion. Ce premier essai, sans véritable profondeur, passe inaperçu.


Le succès


Peinture représentant le baron de Montesquieu
Tableau représentant C. L. de Montesquieu

Il s’intéresse tout d’abord aux sciences et réalise quelques expériences ; il se fait élire à l’Académie des sciences de Bordeaux. Il écrit des ouvrages de physique ou de médecine.

Mais son tempérament littéraire reprend ensuite le dessus, et à 32 ans, il rédige les Lettres persanes, qui paraissent anonymement à Amsterdam, en 1721. Cet ouvrage rencontre un vif succès, et il est vite reconnu comme en étant l’auteur.

Cela lui ouvre les portes des salons parisiens. Il séjourne pendant sept ans à la capitale.


Elu à l’Académie française, il commence à voyager à travers toute l’Europe : Autriche, Allemagne, Italie… Il réside pendant un an et demi en Angleterre, où il est initié à la franc-maçonnerie.


Il étudie les différents aspects politiques, économiques, etc. des pays traversés. Cela lui donne la matière pour écrire ses Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, un ouvrage monumental qui raconte l’histoire de l’Empire romain, de sa fondation jusqu’à sa chute.

Mais par-delà, il projette la rédaction d’un ouvrage bien plus important.


Quatorze années seront nécessaires à la rédaction de celui-ci. En 1748, il met la dernière main à son ouvrage fondamental : de l’Esprit des Lois.

Il est publié, là encore, de manière anonyme, à Genève, un pays libre où la censure est moins présente qu’en France.

C’est un énorme succès : le livre est immédiatement traduit dans toutes les langues et on compte vingt-deux éditions en dix-huit mois.

Néanmoins, Montesquieu subit de nombreuses attaques, ce qui l’amène à rédiger une Défense de l’esprit des lois. Cela ne suffit pas à empêcher l’interdiction du livre par l’Eglise catholique, qui le met à l’Index. La Faculté de Théologie de la Sorbonne censure 17 propositions contenues dans cet ouvrage.

L’Esprit des Lois exerce une influence profonde sur la pensée de son temps. Ainsi plusieurs dizaines d’années plus tard, les rédacteurs de la Constitution de 1791 s’inspireront de ses idées, en particulier de la célèbre séparation des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) qui définirait le régime démocratique.


Fin de vie


Montesquieu continue ses voyages à travers l’Europe : Hongrie, Autriche, Italie… Il est nommé directeur de l’Académie française.

Presque aveugle, il participe au projet de l’Encyclopédie, et lui donne ainsi la notoriété attachée à son nom. Il a pour charge de rédiger l’article « goût » mais meurt avant d’avoir pu le terminer ; il sera achevé par Voltaire.


Il consacre les dernières années de sa vie à relire et corriger certains passages de l’Esprit des Lois.

En 1755, il meurt d’une forte fièvre et est inhumé à l’église Saint Sulpice de Paris.



Principaux ouvrages


Lettres persanes, le Livre de poche, Paris, 2006
Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, GF Flammarion, Paris, 1998
De l'esprit des lois, GF Flammarion, Paris, 2013
... + d'ouvrages