photo de Lucie Boël

Lucie Boël

Lyon

Nous découvrons ici le parcours de Lucie Boël, étudiant la philosophie à Lyon, et présidente d'une association de philosophie.

Etudes, lectures, projets... Voici son témoignage !



Autres parcours : Agora


Pouvez-vous vous présenter ? Que faites-vous actuellement ?


Je suis étudiante en Licence 2 Philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon III et présidente de l’association Les Médiations philosophiques, fondée en 2011. Mon parcours jusqu’ici est assez commun, j’ai obtenu mon Bac littéraire en spécialité maths et mention européenne anglais à Sainte-Savine dans l’Aube, puis est venu le temps de choisir où je voulais partir et ce que je voulais faire.

J’ai atterri en philosophie de manière assez hasardeuse, je ne savais pas quoi faire de ma vie et peinais à faire un choix entre les différents domaines. Au début, choisir la philosophie était pour moi un moyen de garder un pied dans chaque discipline en quelque sorte mais aussi de repousser ce choix à plus tard. C’est en arrivant à la faculté que je me suis prise d’amour pour la philosophie et maintenant je ne me vois pas faire autre chose. J’ai eu la chance de trouver ma voie du premier coup.


Quel souvenir gardez-vous de vos études ? De vos professeurs ?


Etant toujours en pleines études, mes souvenirs sont très frais et j’imagine encore le futur. Ce dont je pourrai parler ici, c’est du décalage considérable entre la philosophie du lycée où l’on a à peine le temps d’aborder un sujet parmi la liste des thèmes du baccalauréat et la philosophie de l’université qui prend le temps de tout travailler en profondeur et de tout mettre en lien.

Au lycée j’avais un professeur assez atypique, c’était une vraie légende dont on entendait parler dès notre arrivée en Seconde. Ses cours semblaient absurdes à première vue et c’est de cette manière qu’ils étaient perçus la plupart du temps, mais ils travaillaient le concret. Tous les matins, il entrait calmement dans la salle, attendait que le silence se fasse et commençait à nous parler d’un moment de sa journée pour aboutir à une question qu’il s’est posée et que tout un chacun se pose. Un jour quelqu’un lui avait dit bonjour dans le couloir et il nous a parlé de la politesse et de la violence d’un « bonjour » qui s’impose, demande et attend un retour.

Il ne nous a jamais donné de véritable cours académique avec les notions et la méthode à maîtriser, mais il nous a montré que tout n’était pas évident et que le quotidien lui-même était matière à réfléchir. Je pense que c’est cette première approche de la philosophie qui m’a donné envie de me diriger dans cette voie.


Quel est le livre de philosophie qui vous a particulièrement passionné ? L'auteur pour qui vous avez eu un véritable coup de foudre ?


Le premier livre de philosophie qui m’a vraiment passionnée est la parution posthume des brouillons de Paul Ricœur, Vivant jusqu’à la mort (2007) que j’ai découvert cette année. La philosophie est une discipline qui se veut le plus souvent objective et qui exige une écriture fluide, neutre et sans ellipses ; ce livre est tout le contraire. Paul Ricœur lui-même, pour ce que j’en ai lu, écrivait et pensait en suivant les exigences d’objectivité mais ce livre, dont la préface est rédigée par Olivier Abel, est un recueil de brouillons elliptiques, de phrases à vif qui n’ont pas eu le temps d’être travaillées par l’auteur et il n’en est pas moins un bel ouvrage de philosophie. Il aborde un double retournement dans le deuil et développe une nouvelle vision du mourant comme encore vivant jusqu’à la mort. C’est ce qui fait la beauté de ce livre : sa touche à vif, brute et crue alliée à une réflexion très enrichissante et, selon moi, novatrice.

Avant de découvrir cette œuvre, c’est pour Nietzsche que j’ai eu le coup de foudre. D’une manière générale, il déconstruit des valeurs pour en reconstruire d’autres tout en parlant d’expériences personnelles sans hésiter à critiquer ouvertement, à être piquant. C’est d’abord son absence totale de retenue (assez rare en philosophie tout de même) qui m’a attirée, puis j’ai lu des passages de Ainsi parlait Zarathoustra (1883 - 1885), dont l’un d’entre eux disait : De tout ce qui est écrit, je n’aime que ce que l’on écrit avec son propre sang. Ecris avec du sang, et tu apprendras que le sang est esprit, c’est-à-dire qu’il faut mettre de soi dans ses écrits, que seule la philosophie personnelle mérite d’être lue. Et c’est cette philosophie personnelle qui me plaît chez Nietzsche, sa façon de détruire et de créer, sa manière d’écrire et de mettre franchement en scène ses pensées.


Pouvez-vous parler de votre association, Les Médiations philosophiques ?


Les Médiations philosophiques est une association qui a pour objectif premier d’ouvrir la philosophie au-delà du cadre universitaire. La philosophie, en plus d’être une discipline, est aussi une pratique et une activité qui fait partie de notre vie quotidienne, dans un monde où la remise en cause et le désir de dialoguer et de comprendre se font de plus en plus présent.

Chaque événement que nous organisons et chaque support que nous proposons est gratuit et ouvert à tous afin d’offrir au public une place pour l’échange, la discussion et le débat qui permet à chacun de s’exprimer et d’exercer son esprit critique. Si la philosophie est souvent considérée comme une discipline incompréhensible et fermée sur elle-même, elle est pourtant au cœur de notre quotidien.

L’association porte de nombreux projets pour œuvrer à cette ouverture, dont la revue participative Le Médiaphi, les Ateliers Philo en primaire, lycée et dans les bibliothèques, les projections-débats du Philociné, le Philothéâtre, les ateliers de discussion Phil’ose et le Festival de Philosophie organisé chaque année pendant la première semaine d’octobre.

Ces rencontres autour de thématiques d’actualité et du quotidien sont des moments d'ouverture aux autres et d'échanges entre différents publics de toutes disciplines et de tous niveaux auxquels se joignent autant d’enseignants, de professionnels et d’étudiants que de passionnés et de curieux.



Merci Lucie, pour ce témoignage !

> Découvrez d'autres parcours philosophiques dans l'agora...