photo de Muriel Rosset

Muriel Rosset

Paris

Nous découvrons ici le parcours de Muriel Rosset, enseignante à Bruxelles en philosophie et management, mûe par de nombreux centres d'intérêts...

Etudes, lectures, projets... Voici son témoignage !


Autres parcours : Agora


Pouvez-vous vous présenter ? Que faites-vous actuellement ?


C’est à vous d’inventer votre métier, m’avait-on dit, car vous avez trop de créativité, curiosité et désir d’harmoniser et relier les personnes, sujets, contextes variés.

Aujourd’hui, après avoir beaucoup appris de mes responsabilités en grande entreprise puis association départementale, je suis coach, formatrice, enseignante (grandes écoles en France et à Bruxelles, université Paris Descartes) et auteure.


Mes modules variés portent tous un même fil conducteur, l’unité dans la diversité, les méthodes collaboratives et bienveillantes, porteuses de sens, de transformations durables, d’intelligence collective, de liens et de rentabilité : philosophie et management, qualité de vie pour un travail de qualité, nouveaux environnements de travail et innovation managériale, connaissance de l’entreprise et responsabilité sociétale, communication-négociation et empowerment, formaliser son projet personnel et professionnel, e-patient…

J’aime rendre chacun acteur de sa vie, car le sens de la vie est de trouver son don, et le but de la vie de le partager (Picasso). Je le fais notamment par mes accompagnements en bilan de compétences pour professionnels ou bilans d’orientation pour jeunes, y compris déscolarisés.


Engagée au conseil national de la e-santé, je travaille avec ou pour des professionnels de la santé autour de la dynamique du e-patient au volant de sa (e)santé, acteur partenaire de ses soins et de sa santé, la santé n’étant finalement rien d’autre que la vie.

Je suis présidente de l’association « connexions familiales, section francophone de la NEABPD », pour la psychoéducation des familles de personnes atteintes de troubles de l’émotion. Familles et psychiatres, nous avons été formés pour transmettre notre expérience à ceux qui accompagnent des êtres chers malades.

Mes amis me définissent comme amoureuse de la vie et des gens, apôtre de la joie partagée, de l’acceptation du réel dans une forme de résilience active, qui ne renonce pas à transformer et rendre beaux la vie, les choses et les gens.


Quel souvenir gardez-vous de vos études ? De vos professeurs ?


Trois professeurs ont été de bons pédagogues en nourrissant, stimulant mon travail, mon imagination et mon goût du partage.

- En 3°, mon professeur de français m’a fait lire ma rédaction sur les rêveries qui nous font devenir nous-mêmes.

- En 1ère, un autre professeur de français m’a faire lire mon commentaire du poème « je t’aime », de Paul Eluard. L’amour était déjà pour moi le moteur de ma vie : savoir me passionner pour ce que je fais et vis, vouloir m’engager dans mes rencontres.

- En terminale, mon professeur de philosophie m’a fait creuser cette notion et découvrir le « désir d’éternité » de Ferdinand Alquié. Il m’a proposé d’en faire un exposé qui s’est transformé en deux heures de cours que j’ai pu donner à mes camarades.


C’est en enseignant qu’on apprend le mieux, ces professeurs me l’ont permis et je leur en suis reconnaissante. Depuis, je ne cesse de me former (MOOC, lectures, partages amicaux philosophiques), à une condition : penser en femme d’action et agir en femme d’amour (pour paraphraser Bergson).

Les meilleurs professeurs de ma vie sont les personnes qui témoignent d’une joie, générosité et unité personnelle et relationnelle à aller de l’avant de façon pragmatique et constructive, et ceux qui m’aident à grandir.


Quel est le livre de philosophie qui vous a particulièrement passionné ? L’auteur pour qui vous avez eu un véritable coup de foudre ?


J’aime la philosophie quand elle est incarnée, je préfère donc généralement les approches littéraires de la vie pensée et partagée à la fois, et toutes celles qui me permettent de m’émerveiller, car la sagesse commence dans l’émerveillement, réaliste et non béat.

Beaucoup d’auteurs et approches philosophiques m’ont accompagnée tout au long de ma vie, ils m’ont saisie en fonction de mon cheminement du moment, de leur capacité à ouvrir mes yeux et mon cœur pour une nouvelle étape.


L’année dernière, j’ai passé six mois à découvrir avec passion de nombreux ouvrages de François Jullien, philosophe, helléniste et sinologue, titulaire de la chaire sur l’altérité. Je le rejoins dans son approche du dia-logue des cultures envisagées non pas dans leurs identités mais dans leurs écarts, sa vision des transformations silencieuses, et sa proposition pour passer de l’être au vivre.


Avez-vous déjà essayé d’écrire ? Pourriez-vous nous parler de vos créations ?


J’ai publié un livre poétique, philosophique et romancé à la fois : Un lit de promesse, entre amour et amitié. Il vise à faire de nos vies un je t’aime et oser épouser le lit de sa vie.

Je suis référente sur le blog Management en Milieu de Santé, comme auteur philosophie et management.

J’ai participé au collectif Sortir du harcèlement moral, conseils d’experts dans mon chapitre conclusif « oser la bienveillance au travail ».


Quels sont vos projets, vos travaux de recherche ?


Je vais publier prochainement « comment faire partie de la solution et non du problème, une démarche et motivation collaboratives, proactives, et fécondes », dans un collectif universitaire, Pratiques de l’ergonomie, de la méthode aux applications.

J’y développerai le concept de la donativité, économie relationnelle, boucle dynamique, réflexive et active du donner et recevoir.

Le cœur de mes recherches et activités porte sur les motivations, les e-motions qui nous mettent en action, l’harmonie invisible de la vie qui est mélangée : surtout pas binaire, (les visions noires ou blanches des événements sont mortifères), mais colorée et plurielle.

Mon projet est donc arc en ciel, pour mieux relier la palette et les nuances de nos histoires et talents, au niveau personnel mais aussi social. L’économie gagnera en effet financièrement et humainement à apporter une vraie valeur ajoutée aux citoyens conso-acteurs.



Merci Muriel, pour ce témoignage !

> Découvrez d'autres parcours philosophiques dans l'agora...