photo de Doria Messaoudene

Doria Messaoudene

Lyon

Nous découvrons ici le parcours de Doria Messaoudene, auteure d'un ouvrage paru aux éditions Institut Pandore...

Etudes, lectures, projets... Voici son témoignage !

Autres parcours : Agora


Pouvez-vous vous présenter ? Que faites-vous actuellement ?


Je suis concepteur-rédacteur et auteur du livre Les Philosophes expliquent pourquoi.

Après avoir terminé mes études de lettres et de philosophie, je suis passée par l’enseignement, puis j’ai fréquenté le monde de l’édition académique, avant de travailler auprès d’ONG dans la conception/rédaction de leurs campagnes d’information et de mobilisation citoyenne.

Mais pour être honnête, je me suis réellement épanouie en travaillant pour l’Institut Pandore, une maison d’édition spécialisée dans la publication d’ouvrages pédagogiques. Son credo ? Dépoussiérer les sujets académiques, souvent considérés pompeux ou réservés à une « élite intellectuelle », et les rendre accessibles au plus grand nombre – sans les dénaturer pour autant.
L’idée m’a tout de suite plu : d’abord parce que la transmission du savoir m’a toujours animée, et ensuite parce que je ne me reconnaissais plus dans l’entre-soi académique et universitaire dans lequel je baignais.

J’ai donc commencé par publier des articles de philosophie dans lesquels j’expliquais les citations des philosophes (Pourquoi Nietzsche a dit « Dieu est mort » ? Pourquoi Descartes a dit « Je pense donc je suis » ? etc.) et quelques grands concepts philosophiques (l’inconscient de Freud, la caverne de Platon, etc.).

Et sincèrement, je ne m’attendais pas à un tel succès : très rapidement, cela a représenté des milliers de lecteurs par jour, des centaines de mails de remerciement de la part d’étudiants, de lecteurs totalement néophytes qui me confiaient leur joie de découvrir cette discipline qu’ils pensaient jusque-là, réservée à d’autres, mais aussi des messages de soutien d’universitaires et de doyens de facultés… C’est bien la preuve que la philosophie parle à tout le monde.

Cet élan de bienveillance et de reconnaissance autour de mon travail, allié à mon envie encore plus grande de faire découvrir ma passion pour la philosophie, les idées et les textes incroyables qui m’ont aidée à grandir et à vivre mieux… ont fait que l’idée du livre s’est imposée d’elle-même.

Et après un an de travail acharné, Les Philosophes expliquent pourquoi est publié ! J’y explique la philosophie passionnante, les textes puissants qui ont eu sur moi l’effet d’un médicament, et la vie parfois romanesque de 14 philosophes qui m’ont personnellement accompagnée dans ma vie, chacun à leur façon… Ma manière de rendre ses lettres de noblesse à la philosophie, à l’heure où le développement personnel prend – à mon sens – beaucoup de place !


Quel souvenir gardez-vous de vos études ? De vos professeurs ?


Comme beaucoup, j’ai découvert la philosophie en terminale, et pour le coup, j’étais loin d’imaginer tout ce que cette discipline allait m’apporter.

Je me souviens de la pédagogie fantastique de Mme Simonin, au lycée. Chacun de ses cours me donnaient littéralement l’impression d’ouvrir des portes secrètes, dont la philosophie était la clé.

Puis il y a eu les cours de Mr Sur, lorsque j’étais en hypokhâgne/khâgne qui, à ce moment-là, me paraissaient bien trop érudits voire abstraits pour la jeune étudiante que j’étais… Mais pour être honnête, le programme de l’ENS de cette année-là (le droit) ne me passionnait pas tellement. C’est quelques années après, en réouvrant mes vieux cahiers pour une dissertation à l’université que j’ai réellement saisi toute la richesse de son enseignement. Mea Culpa.

Et en master à l’Université Lyon 2, je retiendrais un cours passionnant de Mr Micolet qui croisait avec habilité, littérature et philosophie.

Je crois que je peux le dire : j’ai eu la chance d’être une étudiante heureuse, formée par des professeurs aussi brillants que passionnés (et ça, ça change tout).


Quel est le livre de philosophie qui vous a particulièrement passionné ? L’auteur pour qui vous avez eu un véritable coup de foudre ?


Pour écrire mon livre, j’ai dû relire une grande partie, et parfois l’intégralité des œuvres des auteurs que je cite… Et parmi toutes ces lectures, l’auteur qui m’a littéralement chamboulée est Schopenhauer. Notamment ses Aphorismes sur la sagesse dans la vie.
J’ai découvert cet ouvrage à 25 ans, et j’ai longtemps regretté qu’il arrive aussi tardivement dans ma vie. Quel ouvrage incroyable.
D’abord, que l’on soit sensible ou non à la philosophie de Schopenhauer, on ne peut pas rester insensible à la beauté de sa plume. Et ensuite, son pessimisme plein d’espoir, sa lucidité sur le monde, les rapports humains, l’amour, la liberté, la solitude ne laissent pas indifférent. Bref, c’est brillant.

Mais il y a aussi Thoreau et son célèbre Walden ou la vie dans les bois, pour cette ode sublime à la nature et cet éloge de la solitude. Ainsi qu’Epicure et sa Lettre à Ménécée que je relis souvent. La dernière fois, c’était pour me détendre avant mon opération des dents de sagesse. Ça a bien fait rire le chirurgien.


Quels sont vos projets, vos travaux de recherches ?


Je travaille actuellement sur un deuxième ouvrage, toujours dans l’objectif de rendre la philosophie accessible à ceux qui ont envie de la découvrir. Mais, cette fois, au lieu de détailler la philosophie de plusieurs penseurs, j’ai choisi de me concentrer exclusivement sur Nietzsche. Sa philosophie est complexe pour les néophytes mais elle est d’une profondeur incomparable.

En parallèle de l’écriture de mon livre, je publie régulièrement des articles sur Nietzche pour donner envie aux lecteurs d’en savoir plus sur le personnage et sur ses idées.

Ce livre devrait sortir fin 2020 aux éditions Institut Pandore.



Merci Doria, pour ce témoignage !

> Découvrez d'autres parcours philosophiques dans l'agora...