statue de Giordano Bruno

Giordano Bruno

Philosophie de la Renaissance

En défendant l'idée d'un univers infini et la pluralité des mondes, Giordano Bruno s'oppose frontalement à l'Eglise.

Condamné à mort par le tribunal de l'Inquisition, il est brûlé vif : c'est l'un des premiers martyrs du savoir rationnel.



Commentateurs


couverture du livre

Bruno, l’infini et les mondes

Antonella Del Prete

En quoi Giordano Bruno s'oppose-t-il à Aristote, lorsqu'il propose la conception d'un univers infini et uniforme ? Qu'est-ce qui l'amène à l'idée d'une pluralité des mondes ? En savoir +




Bibliographie


Voici les livres incontournables si vous souhaitez mieux comprendre la pensée de cet auteur :

Ordine N., Le Seuil de l'ombre : Littérature, philosophie et peinture chez Giordano Bruno, Les Belles Lettres, Paris, 2003
Yates F.A, Giordano Bruno et la tradition hermétique, Dervy, Paris, 2013
Del Prete A. & Berns T., Giordano Bruno : Une philosophie des liens et de la relation, Université de Bruxelles, Bruxelles, 2016
Soleil C., Giordano Bruno ou la Vérité embrasée, Edilivre, 2016


Vidéos recommandées


Interviews, conférences, émissions de radio... voici 5 vidéos qui vous aideront à mieux comprendre la pensée de Giordano Bruno.

Pour choisir votre vidéo dans la liste, cliquez ci-dessous sur l'icône de menu déroulant en haut à droite :





Biographie détaillée


Jeunesse

Bruno naît près de Naples à Nola en 1548, dans une famille modeste.

L'école voisine lui donne une instruction humaniste, nourrie de la lecture des auteurs classiques. A l'université de Naples, il découvre la mnémotechnique, l'art d'exercer sa mémoire.

Il entre dans un couvent dominicain, et y fait la rencontre de son maître en philosophie, Giordano Crispo. Il lui fait découvrir en particulier Erasme, esprit libre et humaniste, affranchi des dogmes de son époque.


Maturité


A ce moment-là, Bruno semble mener une vie parfaitement rangée, puisqu'il est ordonné prêtre et mène une thèse sur saint Thomas d'Aquin et Pierre Lombard.

Mais en réalité la révolte en lui gronde : des tensions avec les autres frères dominicains, son rejet du dogme de la Trinité l'amènent à être expulsé. Une enquête pour hérésie est ouverte contre lui.

C'est le début d'une vie d'errance, qui l'amène tout d'abord de ville en ville en Italie : Gènes, Turin, Venise, Naples... en donnant des leçons de grammaire et d'astronomie.

Puis il s'exile, rejoint la commuauté calviniste de Genève, qui l'expulse à son tour.

Il trouve une vie plus stable à Lyon puis Toulouse : il publie un ouvrage de mnémotechnique qui intéresse le roi Henri III : celui-ci l'invite à sa cour.

Ce sont les années fastes : philosophe attitré de la cour, il rédige un ouvrage le Chandelier.

Il se rend en Angleterre pendant deux ans, où il fait face aux critiques et se défend pied à pied dans des ouvrages brillants. C'est à cette époque que sont rédigés et publiés, en particulier, Le Banquet des cendres, et De l’Infini, de l'univers et des mondes.

A son retour à Paris, les attaques se durcissent : il perd la protection du roi et part en Allemagne, où il écrit de nouveaux ouvrages.


Jugement et mort


Il se rend à Venise, à l'invitation d'un jeune noble. Il a alors 43 ans. A la suite d'une brouille, celui-ci le dénonce à l'Inquisition vénitienne, et il est arrêté.

C'est le début d'un procès long de 7 ans, instruit par le cardinal Bellarmin, le même qui avait instruit celui de Galilée.

Il est sur le point d'être libéré, mais le pape intercède auprès du Doge de Venise, et il se retrouve entre les mains du Saint Office.

A plusieurs reprises, on lui promet la vie sauve contre une rétractation de ses idées ; toujours il refusera.

Cette fois-ci, il est condamné à mort, et est brûlé vif. Il meurt à Rome en 1600.



Principaux ouvrages


L'Infini, l'univers et les mondes, Berg International, Paris, 1992
Le banquet des cendres, Editions de l'Eclat, Paris, 2017
Des liens, Allia, Paris, 2018