couverture du livre

Écrits sur Schopenhauer



Ce livre publié en 2001 réunit trois essais de Clément Rosset (philosophe français, grand spécialiste de Schopenhauer et de Nietzsche, penseur de la joie) publiés dans les années 1960 et consacrés à la philosophie de Schopenhauer.



Il s’agit pour Clément Rosset à la fois de préciser les concepts du philosophe allemand et de démentir certaines caricatures à son sujet, qui tendent à réduire l’influence de l’auteur du Monde comme volonté et comme représentation 1 sur le plan philosophique et psychanalytique.


Auteur : Schopenhauer


Une préface de Paul Audi


Cette édition est précédée d’une préface de Paul Audi qui revient sur la réputation de Schopenhauer. Pour lui, sa philosophie est à la fois un modèle de lucidité et de cruauté, une philosophie convaincue que l’Histoire n’existe pas, et qu’aucun progrès n’est possible. Il n’existe que répétition du même : nous ne bougeons pas et avançons encore moins.

La « volonté » qui engage et fonde tous les événements n’est que répétition et stagnation. Même la mort est constamment mise en échec par la répétition parce qu’elle ne change rien au cours des choses. La vie continue après la mort, donc l’Histoire (qui implique une évolution) n’existe pas.


Des éléments biographiques


La courte présentation de la vie de Schopenhauer permet de préciser :

1. L’isolement précoce du philosophe qui rompt avec sa famille, en particulier avec sa mère Johanna Schopenhauer, une grande femme de lettres allemande qui accueille Goethe dans son salon de Weimar.

2. Que cette rupture alimente la radicalité d’un philosophe qui aura posé les éléments principaux de sa philosophie très jeune ; aussi, à partir de 1818, Schopenhauer n’apporte-t-il pas d’éléments radicalement nouveaux à sa pensée.

3. Elle revient, enfin, sur son amour pour les chiens et sa haine des femmes. Le portrait d’un homme blessé, sujet à la névrose, et d’une profonde misanthropie.


La causalité est un leurre


Contrairement à ce que défend la doxa, la philosophie de Schopenhauer est davantage une philosophie de la facticité qu’elle n’est une pensée de la souffrance. Facticité de la vie, parce qu’elle n’est pas nécessaire (au sens où tout ce qui advient pourrait advenir autrement) ; facticité plus grande encore de l’individualité, dont nous faisons inutilement grand cas.

Clément Rosset insiste sur ce point : nous avons tendance à associer le pessimisme de Schopenhauer à l’absolue contingence du monde – mais la souffrance de l’homme est décorrélée de l’absence de causalité. Le monde est sans raison ET il est sans joie pour l’homme. Ce n’est pas la contingence qui explique et justifie la souffrance.


Dans ces textes, la principale intuition défendue par Clément Rosset est l’affirmation suivante : Schopenhauer serait le premier philosophe généalogiste. Par généalogique il faut entendre ici la perspective nietzschéenne qui vise à établir des rapports entre deux termes d’un même phénomène, sans aucune préoccupation historique ou dialectique 2. Afin de mieux comprendre cette affirmation, il faut revenir à la pensée de Schopenhauer sur le concept de « volonté ».


Pour Rosset, l’incompréhension du concept de volonté provient sans doute d’une mauvaise traduction – il aurait fallu traduire le mot allemand « Wille » par « Vouloir ». Car, la volonté implique une idée de causalité, de finalité, de liberté que Schopenhauer récuse absolument.

Au contraire, le Vouloir est fait d’une grande contingence : non seulement il n’y a aucune volonté personnelle (au sens d’un choix) mais aucun fondement ne justifie et donc n’explique la chaine causale des choses.


Schopenhauer et la psychanalyse


Si Schopenhauer entretient un rapport si singulier avec la causalité, il est sans doute un grand précurseur de la psychanalyse. Et pour cause, tout ce qui n’est pas justifié par une chaine causale évidente est proche du refoulement tel que Freud le conçoit. La volonté (ou le Vouloir) est plutôt de l’ordre de l’instinct et de l’inconscient que du libre-arbitre.


Les hommes font semblant de poursuivre un but dont la valeur réelle est largement surévaluée. Un examen plus attentif nous montrera ici encore qu’il [le vouloir-vivre] est bien plutôt une impulsion aveugle, un instinct sans fondement et sans motif 3, écrit Schopenhauer.

Quand ils réalisent l’abime entre le gain et la peine d’une telle poursuite, les hommes se raidissent pour refuser d’admettre une réalité pénible. Si cette raideur se poursuit, elle confine à la folie qui est définie par Schopenhauer comme suit : la folie est ce qui résulte d’une tentative d’échapper à la douleur par l’oubli. L’homme atteint par la folie est celui dont les exigences intellectuelles de lucidité sont renversées par les exigences affectives qui le conduisent à vouloir oublier, censurer, refouler le souvenir douloureux. L’homme sain n’a pas besoin d’oublier : il se laisse aller à la réminiscence.

Ce qui peut l’y mener, et qui constitue, finalement, une source d’espoir, c’est l’étape esthétique.


Le salut par l’esthétique


Enfin, une longue partie du propos de Clément Rosset est consacrée à l’esthétique de Schopenhauer (d’après Nietzsche, Schopenhauer serait un des premiers philosophes à avoir mesuré l’importance de la musique).

Chez Schopenhauer, la contemplation esthétique est la seule revanche possible sur la volonté. L’art compense et console, il permet, par la contemplation, d’accéder à un regard nouveau sur la répétition de la volonté. D’après l’analyse de Clément Rosset, le but ultime de l’art est d’accéder à la genèse de cette éternelle répétition des choses ; l’art joue le rôle d’une réminiscence de ce qui a été à l’origine de la répétition, ou avant elle.

L’art permet d’accéder au thème originel de la volonté qui se répète, et, le temps de la contemplation au moins, d’échapper à l’aliénation de cette volonté inconsciente.


Conclusion


Dans ce texte, il s’agit pour Clément Rosset à la fois de préciser les concepts du philosophe allemand et de démentir certaines caricatures à son sujet, qui tendent à réduire l’influence de l’auteur du Monde comme volonté et comme représentation sur le plan philosophique et psychanalytique. Une grande lecture.



Auteure de l'article :

Margaux Cassan est diplômée de l'ENS-PSL en Philosophie et religions, et est l'auteure de Paul Ricoeur, le courage du compromis. Linkedin


1 Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation (Die Welt als Wille und Vorstellung, 1813), Paris, PUF / Quadrige, 2014.
2 Clément Rosset « I. L'intuition généalogique », Ecrits sur Schopenhauer. sous la direction de Rosset Clément. Presses Universitaires de France, 2001, pp. 65-109.
3 Ibid., p.170