1. Accueil
  2. Auteurs
  3. Aristote
  4. La Physique
  5. Page 5
couverture du livre la Physique d'Aristote

Résumé de la Physique (page 5)

Index de l'article Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5

Livre V

Aristote distingue deux types de mouvement : on se meut soit accidentellement (le cuisinier marche) soit absolument (le triathlète court).


Une autre distinction cruciale est celle qui sépare :

- le mouvement selon la qualité : l’altération

- le mouvement selon la quantité : la croissance ou la décroissance

- le mouvement selon le lieu : le transport


Tout mouvement est continu.

Livre VI

Aristote définit le continu comme ce qui est divisible en parties toujours divisibles 1.

Il y a quelque chose d’indivisible dans le temps : l’instant. Cela permet de renverser les apories de Zénon d’Elée, qui divise le temps à l’infini.

Livre VII

Toute chose est mue par une autre, mais il est nécessaire qu’on s’arrête et qu’il y ait une chose première qui meut et est mue 2.

Le transport est le premier des mouvements 3 . Il y a une primauté du mouvement selon le lieu.

On peut identifier quatre espèces de transport : La traction, la poussée, le partage, le roulement 4. Tous les mouvements se ramènent à ceux-là. Ainsi, la dilatation et la condensation sont répulsion et traction 5. Ou encore l’inspiration est traction, l’expiration est poussée 6.

Livre VIII

Le mouvement est-il éternel, ou a-t-il commencé un jour ?

Il n’y a pas de mouvement sans temps. Donc puisque le temps est éternel, le mouvement l’est aussi.

Si tout ce qui est mû est mû par quelque chose, il y a quelque chose qui meut non par autre chose mais par lui-même, ou bien on ira à l’infini 7. C’est là le premier moteur.

Comme rien ne le meut, sinon lui-même, il est donc immobile :

Il est manifeste d’après cela que ce qui se meut originellement est immobile 8.

Il est éternel car ce qui meut en premier sera éternel, s’il est un 9.

Le mouvement circulaire est un mouvement infini, un et continu. C’est le seul type de mouvement à avoir ces caractéristiques.

Pour conclure, le premier moteur meut d’un mouvement incessant et durant un temps infini ; il est donc manifeste qu’il est indivisible, sans parties et sans grandeur 10.


1 livre VI, 231b, p.218
2 livre VII, 242b, p.251
3 ibid., 243a, p.252
4 ibid.
5 ibid.
6 ibid., p.253
7 livre VIII, 256a, p.286
8 ibid., 258b, p.292
9 ibid., 259a, p.294
10 ibid., 267b, p.319