portrait d'Epicure

Epicure

Philosophie antique

Comment atteindre le bonheur ? Telle est la question fondamentale à laquelle Epicure propose une réponse. Le plaisir occupe, dans cette école philosophique grecque, une place privilégiée.
Mais l'épicurisme se fonde aussi sur une conception physique héritée de Démocrite, l'atomisme.
Se libérer des peurs liées à la supertition religieuse, c'est là un troisième aspect essentiel de cette doctrine.


Les oeuvres d'Epicure résumées sur ce site


couverture du livre

Les Maximes capitales

Cet ouvrage condense les préceptes essentiels et les recommandations pratiques que le sage doit suivre afin d'atteindre le bonheur.

voir le résumé



Pour aller plus loin : analyses et commentaires


Pour découvrir plus en profondeur la pensée de cet auteur, ces ouvrages vous seront utiles :

Salem J., Les atomistes de l’Antiquité, Flammarion, Paris, 2013
Rodis-Lewis, Epicure et son école, Folio, Paris, 1993
Conche M., Sur Epicure, Encre marine, Paris, 2015
Jouanna D., les Grecs aux enfers : d’Homère à Epicure, les Belles lettres, Paris, 2015
Salem J., Tel un dieu parmi les hommes, Vrin, Paris, 2002
... + d'auteurs



Biographie détaillée


Jeunesse


On sait peu de choses sur la vie d’Epicure. On ignore même le lieu de sa naissance, en 341 av. JC : Athènes ou Samos, une île près de la Turquie, les sources divergent.

On retrouve en tous les cas sa trace à Athènes, lorsqu’il a 18 ans : il vient y faire son service militaire. Mais c’est à Samos qu’il suit l’enseignement de Nausiphane, un philosophe influencé par deux écoles bien distinctes : le scepticisme de Pyrrhon, et l’atomisme de Démocrite. Par l’intermédiaire de ce maitre, Epicure découvre ces deux doctrines.

Il part alors fonder sa propre école à Mytilène, sur l’Ile de Lesbos, près de la côté turque, qu’il quitte rapidement pour s’installer à Lampsaque, en Troade, pendant quatre ans. C‘est l’occasion pour lui de rencontrer ses premiers disciples, dont Hermarque, son futur successeur.


Statue d'Epicure
Statue représentant Epicure

Le Jardin


En 306 av. JC, à 35 ans, il revient à Athènes, suivi par certains de ses élèves, et achète un terrain : il y fonde l’Ecole du Jardin, où il délivrera son enseignement jusqu’à la fin de sa vie.

A la différence de nombre de ses contemporains ne dispensant qu’un enseignement oral, Epicure écrit de nombreux ouvrages. On recense près de trois cent écrits, de toute sorte (livres, lettres…), mais il ne nous en reste qu’une infime part (trois lettres et quelques maximes).


Ses nombreux détracteurs ont fait courir le bruit que le Jardin était un lieu de débauche. Epicurien est d’ailleurs souvent synonyme de libertin. En réalité, Epicure se contentait d’un mode de vie frugal. Un peu de pain et de fromage lui suffisait.


Postérité


Sa doctrine consiste à la fois en un enseignement éthique, basé sur une conception du plaisir compris comme une absence de douleur, et une conception physique du monde relevant de l’atomisme. Elle délivre de la superstition, de la peur qu’entraînaient certains phénomènes naturels (orages…), considérés à l’époque comme des avertissements divins.

A sa mort en 270 av. J.C à Athènes, , son enseignement continua à être dispensé par ses disciples et se perpétua pendant plusieurs siècles, se diffusant dans tout le bassin méditerranéen. Il fut popularisé par Lucrèce, un poète latin, qui mit en vers l’essentiel de sa doctrine.



Bibliographie


Principaux ouvrages

Lettre à Hérodote, Livre de poche, Paris, 1994
Lettre à Pythoclès, Livre de poche, Paris, 1994
Lettre à Ménécée, GF Flammarion, Paris, 2009
Maximes capitales, Livre de poche, Paris, 1994
... + d'ouvrages