couverture du livre

L'Art comme expérience



Philosophe pragmatiste, l'Américain John Dewey aborde les questions éthiques, politiques et esthétiques dans un esprit d'expérimentation.

Il n'est pas question de définir l'art mais de s'interroger sur le rôle de l'expérience esthétique et des œuvres d'art dans la société. En somme de comprendre comment l'expérience esthétique participe à la vie quotidienne. 


Thématique : Philosophie de l'art



Qu'est-ce qu'une expérience ?


Nous faisons chaque jour des expériences. Des expériences banales, ordinaires ou étonnantes. Ce sont elles qui définissent notre rapport au monde, sont le fruit de nos interactions avec l'environnement. Mais peut-on dire d'une expérience qu'elle est seulement utile, esthétique, intellectuelle ? Peut-on catégoriser les expériences ?

Un homme occupé à tisonner le bois dans l'âtre peut considérer que son action a pour but d' attiser le feu ; mais il n'en reste néanmoins qu'il est fasciné par ce drame coloré du changement qui se joue sous ses yeux et qu'il y prend part en imagination. Il ne demeure pas indifférent à ce spectacle 1.

Selon une approche holiste, John Dewey envisage une continuité de l'expérience humaine. L'expérience vécue se fonde sur nos expériences antérieures et alimente nos expériences à venir. Elle n'est pas isolée mais participe à une combinaison de mouvements qui dessinent le rythme de l'existence.


L'expérience esthétique


Si les expériences vécues se mêlent et se confondent, comment peut-on qualifier une expérience d'esthétique ?

Dewey n'envisage pas une expérience dite esthétique selon sa nature. Le décloisonnement qu'il opère entre les catégories de l'existence permet en effet à l'esthétique de s'émanciper du champ purement artistique. Non seulement observer une œuvre d'art n'aboutit pas nécessairement à une expérience esthétique – la relation que nous avons avec l'objet peut rester superficielle et rudimentaire – mais une expérience ordinaire peut à l'inverse se parer d'une dimension esthétique.

Par exemple, si une personne remet de l'ordre dans sa chambre par pure routine, son acte ne peut être dit esthétique. Mais si elle réalise cette action alors qu'elle éprouvait une forme d'énervement et que son émotion originelle a été ordonnée par ce qu'elle a fait, la chambre rangée lui renvoie l'image du changement qui a eu lieu en elle. Elle a le sentiment non pas de s'être acquittée d'une corvée nécessaire, mais d'avoir fait quelque chose d'épanouissant émotionnellement. Son émotion ainsi « matérialisée » est esthétique 2.


L'évaluation d'une expérience ne s'effectue donc pas selon des critères internes mais au regard de la qualité relationnelle, c'est-à-dire de l'engagement de l'individu dans une activité donnée. L'expérience esthétique est, par conséquent, le paradigme de l'expérience pour Dewey puisqu'elle permet la prise de conscience des transformations opérées par les interactions entre l'individu et l’environnement. De fait le qualificatif d'esthétique n'est pas tant ce qui dicte la contemplation que le résultat d'une activité : il vient marquer de son sceau chaque expérience satisfaisante et transformatrice. Il renvoie à une valeur.


De l'esthétique à l'éthique


Si l'expérience esthétique se distingue du flux continu des expériences, la singularité propre à une expérience de qualité, contrairement à l’approche kantienne, ne s'apparente pas à une rupture. Certes, en s'individualisant, l'expérience esthétique bénéficie d'une autonomie relative, elle est à elle-même sa propre fin. Cependant, en réintégrant le flux des expériences, réévaluant les événements passés et nourrissant les perceptions à venir, elle opère, en effet, un parachèvement, ce qui implique une continuité, un mouvement qui traverse l'ensemble de l'existence selon des variations, des nuances subtiles d'une teinte qui progresse et se propage 3. De fait, sa porosité et son influence sur les expériences quotidiennes lui octroient un caractère éthique.


Réemployant l'exemple grec du kalon-agathon, c'est-à-dire l'identification d'un geste vertueux à un beau geste, Dewey insiste, en effet, sur la présence d'une qualité esthétique dans l'action morale4. Si l'expérience esthétique n'est pas de nature utilitaire elle a néanmoins, pour finalité le façonnement de soi. Cependant, l'importance accordée au principe d’interaction permet de dépasser le simple psychologisme. Non seulement l'expérience esthétique réagence l'ensemble du vécu personnel mais elle est également dépendante d’expériences collectives qu'elle transforme à son tour.


Le méliorisme


L'expérience esthétique participe, par conséquent, à une démarche foncièrement mélioriste fondée sur la conviction que si le monde n'est pas parfait, nous bénéficions d'un pouvoir d'action qui nous permet de l'améliorer.

Ainsi, si Dewey distingue l'expérience esthétique du champ de l'art, ce n'est pas pour le supplanter mais au contraire pour réintégrer les valeurs artistiques – la liberté, la création, l'harmonie – dans la vie ordinaire. Il s'oppose, ce faisant, à l'idée de « l'art pour l'art » en insistant sur la nécessité de restaurer une continuité entre les œuvres d'art et les émotions humaines qui ont présidé à leur création.

L’œuvre d'art développe et accentue ce qui est spécifiquement précieux dans les choses qui nous procurent quotidiennement du plaisir 5.


Issu du quotidien, l'art a donc pour fonction de l'améliorer. Il ne doit pas être perçu comme le salon de beauté de la civilisation 6 mais comme fondamentalement nécessaire. Défenseur du libéralisme démocratique, Dewey envisage en effet l'art comme un lieu de réconciliation et d'émancipation, la forme de communication la plus universelle et la plus libre 7. De fait l'art a un rôle éducatif en permettant aux hommes de partager leurs expériences, de percevoir les relations qui les unissent.


Conclusion


L'art comme expérience permet de penser le rôle de l'art dans une société démocratique en le débarrassant de son auréole élitiste pour en faire une expérience accessible à tous, hors des limites de l'art lui-même.



Auteur de l'article :

Léa Casagrande est titulaire d'un master de philosophie et d'esthétique, et travaille dans le cadre de ses études de journalisme pour les Inrockuptibles et les Ecrans Terribles.


1 p.32
2 p. 146
3 p. 84
4 p. 87
5 p. 42
6 p. 548
7 p. 440