couverture du livre l'Imaginaire de Sartre


Résumé de : l'Imaginaire

L’Imaginaire est publié en 1940. Sartre propose une phénoménologie de l’imagination, nourrie de ses lectures de Husserl, auquel il emprunte sa célèbre notion d’intentionnalité de la conscience. Il étudie les caractères essentiels de l’image, en l’opposant au concept et à la perception, et montre que l’imagination est un signe qui révèle la liberté de l’homme.

télécharger le résumé

Du même auteur : l'Etre et le Néant  l'Existentialisme est un humanisme

Index de l'article
Sartre l'imaginaire
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6

Les trois visent à me rendre présent Pierre. Pourtant c'est à la première que l'on réserve le nom d'image. Est-ce juste ?

Dans la photo, la caricature, la matière peut être perçue par elle-même : il n'entre pas dans sa nature propre qu'elle doive fonctionner comme matière d'images1. La photo est une chose ; la caricature est une chose.


Pour qu'il y ait image, il faut toujours une intention : je peux percevoir la photo comme un simple rectangle de couleur. Pour que j'y vois Pierre, il faut qu’ un certain concours de ma part vienne animer ce bout de carton, lui prêter le sens qu'il n'avait pas encore. Si je perçois Pierre sur la photo, c'est que je l’y mets.

Sartre propose donc cette définition de l'image : l'image est un acte qui vise dans sa corporéité un objet absent ou inexistant à travers un contenu physique ou psychique qui ne se donne pas en propre, mais à titre de « représentants analogiques » de l'objet visé.


Tout objet est susceptible de fonctionner comme réalité présente ou comme image : la photo de Pierre n'est plus l'objet concret que me fournit la perception : elle sert de matière à l'image.

La psychologie classique confond souvent signe et image.

Je pense Pierre dans le tableau. Ceci veut dire que je ne pense pas du tout le tableau : je pense Pierre. Dans différents types d'images comme les mimes, les portraits, etc., il s'agit d'animer certaines matières pour en faire la représentation d'un objet absent ou inexistant. La matière n'était jamais l'analogon parfait de l'objet à représenter : un certain savoir venait l'interpréter et combler ces lacunes. Ce sont ces éléments corrélatifs, matière et savoir qui ont évolué d'un cas à l'autre.

Ce pourquoi une image ne saurait exister sans un savoir qui la constitue


La psychologie a fait de grands progrès grâce à Brentano, Husserl, Scheler.

Pour la vieille école française, un état affectif n’était en effet autre chose que du vécu.

Cela coupe radicalement le sentiment de son objet. Le sentiment est présenté comme une sorte de tremblement purement subjectif et ineffable. C'est la subjectivité pure, l'intériorité pure.

Les états vécus ne sont autre chose, dans cette approche, que des flux de qualités subjectives, inexprimables. Les sentiments n'ont pas d'objet.

Le lien entre mon amour et la personne aimée n’est au fond pour Proust et ses disciples qu'un lien de contiguïté : On a isolé le sentiment de sa signification.


En fait il n'y a pas d'état affectif, mais des consciences affectives.

Une joie, une angoisse, une mélancolie sont des consciences, qui sont, comme toute conscience, consciences de quelque chose.

Les sentiments sont des intentionnalités spéciales, ils représentent une façon -parmi d'autres- de se transcender […] La haine est haine de quelqu'un, l'Amour est amour de quelqu'un.

Sartre propose une expérience : essayez de réaliser en vous les phénomènes subjectifs de la haine, de l'indignation, sans que ces phénomènes soient orientés vers une personne haïe, sur une action injuste, vous pourrez trembler, rougir, votre état intime sera tout sauf de la haine.

Mais l'objet n'est pas visé comme l'objet d’une représentation intellectuelle : le sentiment vise un objet mais il le vise à sa manière qui est affective.

Le sentiment de haine est conscience de Paul comme haïssable : Le sentiment se donne comme un genre de connaissance […] Si j'aime les longues mains blanches et fines de telle personne, cet amour qui se dirige sur ses mains, peut être considéré comme des façons qu'elles ont d'apparaître à ma conscience. Il ne s’agit pourtant pas d’un type de connaissance intellectuelle.


Cela permet à Sartre de mettre au jour les caractéristiques essentielles de l'image mentale : une certaine façon qu'à l'objet d’être absent au sein même de sa présence.



1 Les références des citations sont disponibles dans l'ouvrage Philosophie 2.0